PRESSE

Mayotte, « territoire hors norme », pour la Délégation sénatoriale aux outre-mer. 2024

Mayotte, « territoire hors norme », pour la Délégation sénatoriale aux outre-mer. 2024

La sénatrice Micheline Jacques menait sa délégation de sénateurs sur la question de la réussite de la coopération régionale pour chacun des Outre-mer. Il s’agit notamment de voir comment modifier le cadre national trop rigide pour s’adapter aux réalités locales. Elle pouvait s’appuyer sur un corpus de questions très fourni à poser aux représentants des collectivités. Article du Journal de Mayotte du 28 mai 2024

lire plus
Pas de DPE, pas de MPR outre-mer ? Budget outre-mer 2024

Pas de DPE, pas de MPR outre-mer ? Budget outre-mer 2024

La décision d’adosser MaPrimeRénov’ (MPR) au DPE exclut injustement les territoires d’outre-mer. Plusieurs membres du Sénat s’indignent donc du retard pris par le gouvernement dans l’adaptation du DPE aux territoires ultramarins. Certains y voient d’ailleurs un problème plus général de normes pensées exclusivement pour la France métropolitaine. Article du Quotidiag du 18/12/2023

lire plus
Continuer à assurer l’équilibre du territoire avec des politiques adaptées

Continuer à assurer l’équilibre du territoire avec des politiques adaptées

Pour préserver notre île et son modèle, il s’agira – selon moi – de continuer à assurer l’équilibre du territoire avec des politiques adaptées, tout en se prémunissant de la tentation de démultiplier les politiques publiques. Les élus précédents l’avaient d’ailleurs bien compris. Interview – Le Courrier du Parlement. Hors-série « Saint-Barthélemy ». 2023

lire plus
Agir sur le fonctionnement de l’hôpital et des EVASAN

Agir sur le fonctionnement de l’hôpital et des EVASAN

« Je suis convaincue que nous pouvons mettre à profit le dynamisme de notre économie et les outils juridiques du statut de collectivité d’outre-mer dotée de l’autonomie pour parvenir à renforcer notre système de soins. » Article du journal de Saint-Barth du 17/11/2022

lire plus
Le texte renforce la protection des moins de treize ans

Le texte renforce la protection des moins de treize ans

« Le texte ne fragilise pas les moins de quinze ans, il renforce la protection des moins de treize ans. Mais il crée tout de même une « zone grise » qui peut sembler fragiliser les mineurs entre treize et quinze ans. » Interview au journal de Saint-Barth du 28/01/2021

lire plus